Son amour des puzzles



Le puzzle est un jeu incontournable, présent dans toutes les chambres d’enfants. Ce succès est lié au fait que ce soit une activité complète, particulièrement bénéfique pour l’éveil des tout petits. Il développe leur concentration, leur patience mais fait également travailler leur motricité fine. A force de les manipuler, l’enfant affine son approche des puzzles qui se fait de plus en plus intellectuelle et abstraite: en observant les formes, il fait des liens avec les emplacements destinés à les recevoir. L’air de rien, il apprend ainsi à mener une réflexion. 

On trouve dans le commerce, un large choix de puzzles pour enfant: en bois, en carton, en 3D, représentant un paysage, des animaux ou un super-héros, sonore ou à encastrement. Comment s’y retrouver ? Quelle taille de puzzle choisir? Combien de pièces pour quel âge? Je vous partage aujourd’hui, la progression rigoureuse des puzzles que j’ai proposé à ma fille, et qui en est devenue littéralement fan.



Les puzzles Montessori premier âge




J’ai toujours trouvé que les puzzles classiques n’étaient pas adaptés aux bébés: trop de pièces, formes complexes, boutons de préhension trop petits. Pour initier ma fille aux puzzles, je lui ai proposé aux alentours de ses 8 mois, les 4 puzzles Montessori à forme unique, munis de gros boutons de préhension, en commençant par le gros disque (le plus simple), puis le triangle, puis le carré, et enfin le petit disque. Sur son tapis d’éveil, assise à ses côtés, je retirais lentement la pièce de son encastrement, sans parler pour qu’elle puisse absorber les gestes à effectuer de manière optimale. Je marquais ensuite une pause, puis je la replaçais dans  son encastrement. C’était alors à son tour de réaliser l’encastrement. Je la laissais s’exercer seule, par essais et erreurs, j’intervenais de manière discrète dès le premier cris d’agacement.

Une fois que chacune des formes était maîtrisée, je lui proposais 2 puis 3 puzzles en même temps. A la suite de cela, je lui ai présenté le puzzle présentant une série de 3 disques de tailles décroissantes.


Les puzzles en bois classique avec bouton de préhension

Quand elle a eu 1 an et qu’elle avait intégré le principe de l’encastrement, j’ai introduit les puzzles en bois classiques avec boutons de préhension que l’on trouve dans tous les magasin de jouets. Pour capter l’attention de votre enfant, je vous conseille d’en choisir un présentant des motifs en relation avec le/les centres d’intérêts du moment de votre enfant. En ce qui nous concerne, nous avions celui avec des motifs d’animaux.
Les puzzles à pièces

Avec ces puzzles, la difficulté augmente d’un cran. L’enfant doit non seulement avoir des gestes précis pour imbriquer les pièces mais également trouver leur sens, leur complémentarité. J’ai commencé par lui proposer les puzzles bébé/maman de la marque Djeco de 2 pièces aux alentours de ses 20 mois. Pour ce puzzle, je ne lui pas présenté les gestes à effectuer pour associer les 2 pièces tout de suite. Je l’ai introduit par un jeu de « Cherche/Trouve ». En colonne, j’alignais toutes les mamans, puis on s’amusait à trouver chaque bébé que l’on posait ensuite à côté de sa maman. Une fois qu’elle a su identifier toutes les paires, je lui montrais avec des gestes lents comment lier la maman et son bébé.

Une semaine plus tard, j’ai remarqué que ma fille ne s’y intéressait plus. Mais à chaque fois que j’allais la chercher à la crèche, je la trouvais assise sur une table, en train de manipuler un puzzle que je pensais trop compliqué pour elle. Puis un jour, j’ai décidé d’augmenter le nombre de pièces et de ne pas suivre les indications d’âge contenues sur les boîtes. J’ai opté pour l’occasion pour ceux de la marque Ravensburger pour leur qualité, leur réalisme et leur large choix de puzzle avec ou sans cadre rigide. Et là, grosse surprise: se désintéresser voulait sûrement dire s’ennuyer. Elle a tout suite retrouvé l’envie de manipuler ce jeu. Cette augmentation des pièces s’est faite de manière progressive: d’abord 4, puis 6,  puis 12…Aujourd’hui, à presque 2 ans, elle arrive à assembler des puzzles de 40 pièces, recommandés par le fabriquant pour les enfants à partir de 4 ans, sans aucune aide. 




Les puzzles de zoologie Montessori



En parallèle de sa progression sur les puzzles classiques en carton Ravensburger, je lui ai présenté ces puzzles spécifiques Montessori qui font parti du cabinet de zoologie. Pour l’instant, nous en possédons 3 mais le cabinet en contient 5 : un cheval, un oiseau, une grenouille, un poisson et une tortue. Ces puzzles ont pour but de présenter les caractéristiques de chaque groupe de vertébrés (les mammifères, les oiseaux, les poissons, les reptiles et les amphibiens) et les principales parties du corps de chaque animal.

Cheval : Les pattes antérieures, pattes postérieures, la queue, le corps, l’encolure, la crinière, la tête.

Oiseau : la tête, l’aile, les pattes, la queue, le corps.

Poisson : la tête, nageoire dorsale, nageoire pelvienne, nageoire anale, nageoire caudale, nageoire pectorale, le corps.

Comment je les lui ai présenté ?
Assise à côté d’elle sur un tapis, j’ôtais les pièces du puzzle en les tenant par leur bouton de préhension. Je les posait ensuite une à une, très délicatement, sur le tapis à côté du support, sans qu’elles se touchent entre elles. Puis, je le reconstituais avant de lui proposer de le faire à son tour. J’ai attendu qu’elle sache maîtriser cette action avant de nommer chaque partie du corps de l’animal quand elle effectuait le travail du puzzle.


Les puzzles de la marque Grimm’s
Pour finir, nous avons un puzzle de la merveilleuse marque allemande Grimm’s. La singularité des puzzles de cette marque est qu’ils sont d’excellents supports aux jeux d’imagination et de construction. En effet, les pièces peuvent être détournées et utilisées pour créer des mondes, inventer d'autres figures ou jouer avec les éléments comme avec de petits cubes.

Voilà le tour d’horizon de notre travail sur les puzzles. Si elle continue de s’y intéresser, il y a des puzzles qui me font déjà de l’œil : les puzzles botaniques Montessori (l’arbre, la feuille et la pétale de fleur, surtout avec le beau temps qui approche) et les puzzles de sol de Melissa and Doug. Et j’ai vraiment hâte de lui offrir les puzzles de la marque Miller Goodman que je trouve juste magnifiques ; mais pour cela, il faut patienter encore un petit peu !

En observant la vitesse de progression de ma fille, je me suis retrouvée dans les paroles de Celine Alvarez: 

« La première chose qui devrait nous alerter sur la présence d’une période sensible est l’intérêt marqué du jeune enfant pour un élément ou une activité, ainsi que la rapidité et la facilité d’apprentissage qu’il manifeste. Ainsi, lorsque nous le voyons très attentif, très rapide dans son apprentissage, il est fort probable qu’il traverse une période de création d’un potentiel latent et que celui-ci demande à être nourri ».

L’important n’est donc pas de suivre les indications d’âge inscrites sur les jouets mais d’observer les besoins de son enfant et lui proposer les jeux ou activités en relation avec la capacité qu’il est en train d’acquérir afin de le soutenir dans son développement.

Have fun !




Rédigé le  4 avril 2018 10:03 dans Mes Astuces de Maman  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site